en Francais

Relation Égypto-Soudanaise : vers un nouvel élan.

Dr. Abdalmonem Elfadil

La relation soudano-égyptienne est en perpétuelle mutation depuis l’indépendance du Soudan en cause ? L’héritage colonial, l’air condescendant post-colonial et l’équation Gagnant-Perdant que les soudanais ressentent dans la relation avec cette voisine avec laquelle on partage le Nile, l’histoire et une partie de culture.

À cet égard, les efforts déployés par le Soudan et l’Égypte n’ont pas abouti à tisser des bonnes relations visant à la réalisation des droits de l’homme et la prospérité des deux pays.

L’Égyptophobie qui s’alimente de plus en plus au Soudan devrait être sérieusement prise en considération par l’Égypte. Il faut que les deux pays réforment leurs relations et les bâtissent sur un socle solide d’intérêts communs tout en prenant en compte le destin commun, la géographie, et le partage du Nile.

Ces relations doivent être élargies et participatives comprenant les deux niveaux: Au niveau de deux peuples (la Diplomatie Populaire) et au niveau de deux états, car ces relations ne devraient pas être assujetties aux changements politiques ici et là mais, elles doivent être plutôt stratégiques et permanentes.

La pierre d’achoppement entre le Soudan et l’Égypte est le Triangle de Halaiab qui devait être envisagé comme la crise de Tiran et Sanafir ou de recourir à l’arbitrage international si les deux pays se consentent sinon, cette crise persistera comme une bombe à retardement prête à exploser tout effort visant une relation apaisée entre les deux pays.

En guise de conclusion, pour remédier le ressentiment causé par les accords entre les deux pays pendant la période du régime d’Albashir, ces accords collatéraux doivent être vérifiés. En plus, une zone de libre-échange devait être envisagée le plus rapidement possible. Si les deux pays ne gardaient pas à l’esprit ces conseils mentionnés supra, cela profiterait certainement aux ennemis de deux pays.

Back to top button