en Francais

Conflits au Soudan: un “Cancer” qui Gangrène la Transition

Dr. Abdalmonem Elfadil

Les conflits tribaux au Darfour et Kordofan (deux régions limitrophes) remontent aux années trente selon certains historiens, mais ils se sont acharnés dès 1983.

Causés par le manque de sources d’eau et de pâturages, les pasteurs et les agriculteurs entrent en conflits à des intervalles irréguliers causant d’importants dégâts humains et matériels.

En outre,  la flambée de la désertification et de la sécheresse,la prolifération des armes légères et lourdes, l’absence du dédommagement effectif et de l’État nation alimentent ces conflits interethniques et les pillages.

Les gouvernements successifs et les organisations non gouvernementales  n’ont pas accordé assez de soins à cette “Pandémie” qui gangrène le Soudan et les pays voisins.

En revanche, dans l’accord de paix du Juba signé le 31 octobre 2020, le gouvernement de transition et les partenaires de la paix ont procédé par protocoles traitant séparément les enjeux nationaux et régionaux histoire de porter des solutions contextualisées et définitives à ces conflits.

Par ailleurs, le gouvernement de transition devrait raffermir la primauté du droit et assurer les conditions requises vers la construction de l’État nation avorté par la primauté de l’égo individuel, tribal et régional.

Il devrait également à cet égard réformer les institutions et sensibiliser la population à travers les organisations non gouvernementales, puisque chaque citoyen devrait jouer un rôle positif dans cette quête  d’État nation prospère.

En effet, ce n’est pas rationnel que 43 millions de citoyens espèrent qu’environ 25 ministres réalisent leurs rêves et changent drastiquement le Soudan!

À ce propos, John Fitzgerald Kennedy, ancien président des États-Unis, a dit dans son discours inaugural : “Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays. “

En somme, je percevrais le Soudan comme une réflexion de NOUS (citoyens); qu’elle soit positive ou négative. Entamons alors un comportement positif histoire d’être reflété positivement dans notre sphère sociale et politique; sinon cette situation chaotique demeurerait à  l’éternité!

 Dr. Abdalmonem Elfadil peut être contactée par son courrier officiel (www.abdalmoneimalfadil@gmail.com)

Back to top button