en Francais

Soudan, quelle(s) passerelle(s) vers la stabilité et la prospérité?

Dr. Abdalmonem Elfadil

Khartoum — Comment le Soudan devrait-il être gouverné? Une question cruciale remontant à l’indépendance et qui demeure sans être hélas tranchée bien que d’autres pays dont l’indépendance était si tardive ont bel et bien porté une réponse à cette question vitale!

Les deux tentatives vers une démocratie après la Révolution d’Avril 64 et d’Octobre 85 n’ont pas abouti au changement escompté, car ce n’était qu’une substitution d’un régime par un autre et pas un changement drastique et réel à tous les niveaux: les institutions du gouvernement et les textures sociales que les sectes et les clivages politiques gangrènent avec véhémence.

En fait, Il paraît que l’héritage postcolonial, marqué par une sphère sociale et politique dont l’influence était de côté de ceux qui savaient utiliser la rhétorique religieuse pour manipuler le peuple soudanais étant alors majoritairement ignorant, persiste encore.

En effet, la Révolution du Décembre s’est levée contre un régime qui, au nom de l’islam, régnait pendant 30 et tente de revenir sur le devant de la scène instrumentalisant encore l’islam à cette fin.

Ainsi le peuple soudanais, qui est majoritairement musulman, se retrouve pris entre l’enclume des soi-disant défenseurs de l’islam et le marteau des laïcs qui légiféreraient des lois contre leurs principes de croyances et qui pratiqueraient des discriminations fondées sur la religion à l’instar de ce qui se passe dans certains pays après les attentats d’onze septembre et l’islamophobie qui s’alimente de plus en plus.

J’aurais voulu qu’une telle étape soit entamée suite à un référendum afin de garantir sa persistance après la transition, mais aussi pour qu’elle soit une séance d’exercice à la démocratie tant attendue.

D’ailleurs, cette question était entre autres mise à la fin de la transition de six mois pour plus de consultations populaires et politiques selon l’accord de la paix du Juba signé le 3 octobre 2020.

Est-ce la sphère politique et sociale qui n’était pas propice à trois tentatives démocratiques, une tentative communiste et trente ans de projet soi-disant Islamique, la serait pour la laïcité? Est-ce une problématique liée à l’idéologie mise en œuvre ou à une entrave relevant d’autre(s) facteur(s)?


Abdalmoneimalfadil@gmail.com

Back to top button